septembre 2017

Consentement sexuel : sans oui, c’est non

Nombreux sommes-nous jeunes à se donner aux relations sexuelles sans un réel consentement. Ce coup d’essai a pour but d’aider le ou la jeune à comprendre ce qu’est réellement un consentement en matière de relation sexuelle, connaître les règles de de ce dernier ainsi que le pourquoi il doit être notre devise.

Le consentement  est l’accord volontaire, c’est-à-dire qu’il doit s’agir d’un choix libre et éclairé. Si une personne refuse de participer à une activité sexuelle avec une autre personne et qu’elle est forcée de le faire, c’est une agression. Personne n’a le droit d’imposer des relations sexuelles à une autre personne contre sa volonté. Le consentement n’est valable que s’il a été accordé librement. Ainsi, si une personne est paralysée par la peur de craint de réagir, il n’y a pas consentement de sa part.

Embrasser ou caresser quelqu’un ne signifie pas que l’on consent à d’autres activités à caractères sexuel

A tout moment, une personne a le droit de dire non. Lorsqu’une personne est obligée de faire ce que l’agresseur exige d’elle, elle ne consent pas librement à l’acte sexuel.

Le consentement sexuel doit être clair et doit être donné personnellement par la personne qui participe à l’activité sexuelle.

Dans quel cas le consentement sexuel peut être jugé non valide?

Un consentement sexuel est jugé non valide si la personne est sous l’influence de drogues ou d’alcool, elle est inconsciente ou dans un état de sommeil. Dans certains cas, l’agresseur abuse d’une position de confiance ou d’autorité (professeur, employeur, directeur de service, patron ou patronne…). Dans des circonstances pareilles, l’agresseur utilise l’intimidation ou des menaces pour obliger la personne à s’engager dans une activité sexuelle.

Pourquoi se consentir avant de passer à l’acte sexuel ?

Le consentement amène les deux partenaires à savoir ensemble ce qu’ils sont en train de faire et par là peuvent librement choisir la méthode contraceptive qu’il faut pour se mettre à l’abri des risques surtout quand la fille ne se sent pas prête à porter une grossesse ou le garçon à la supporter. A part la grossesse, les Infections Sexuellement Transmissible et le VIH/SIDA sont aussi des conséquences qui peuvent intervenir en l’absence de consentement.